Skip to content

Solar Freeze

Un frigo solaire, en « Pay-As-You-Store », pour réduire le gaspillage alimentaire

En opération au Kenya, Solar Freeze propose une solution de stockage et de réfrigération des aliments fonctionnant à l'énergie solaire. Il s’adresse principalement aux exploitants agricoles afin de les aider à préserver les récoltes contribuant ainsi à augmenter leur rendement, réduire le volume des déchets alimentaires et à nourrir plus durablement la population.​

  • Vue du frigo
  • Solar Freeze
  • Solar Freeze

Répondre aux besoins des secteurs agricole et hospitalier Kenyan.

Au Kenya, le gaspillage alimentaire concerne principalement le secteur agricole : céréales, fruits et légumes sont souvent perdus en raison du manque de moyens de stockage et de conservation. En effet, les moyens de réfrigération traditionnels sont inadaptés aux usages de ces agriculteurs : du fait de l’instabilité du réseau électrique et parce que le prix de ces équipements est trop souvent prohibitif.

Ce service de réfrigération alimenté par l’énergie solaire permet également de répondre aux besoins des installations médicales en conservant médicaments et vaccins au froid.

Se regrouper pour profiter d’un moyen de stockage et de réfrigération

Dans les zones non raccordées au réseau, les agriculteurs peuvent se regrouper pour profiter d’un moyen de stockage et de réfrigération durable, rendu collectivement abordable.  Alimenté à l’énergie solaire, il permet un fonctionnement constant.

Le système de paiement de Solar Freeze repose sur un remboursement appelé « Pay-As-You-Store » : chaque utilisateur paie en fonction de la quantité stockée et du temps d’utilisation, via une application mobile intégrée qui lui permet d’optimiser ses récoltes, son stockage et d’effectuer ses paiements.

Résultats

  • Création de valeur sociale et économique en zone rurale.
  • Amélioration de la prise en charge médicale dans des zones reculées (camps de réfugiés…).
  • 3000 agriculteurs impactés : ces derniers ont vu leurs pertes réduites d’au moins 90 %.